Au tout début de la route des îles Sanguinaires, cet hôtel au bord d’une minuscule plage de sable blanc les pieds dans l’eau a conservé une certaine idée de l’élégance très Riviera des années cinquante. Sa proximité immédiate avec l’agitation de la capitale Ajaccio ne trouble en rien son calme et sa sérénité. Bourrée de charme avec des vues incroyables sur la mer et le golfe, la demeure qui date de 188O et qui fait partie désormais de la chaîne des Collectionneurs a été rénovée de fond en comble par son propriétaire Jean-Baptiste Pieri.Adroitement mâtinée de discrète modernité, serti comme hier de palmiers, de pins et d’eucalyptus séculaires, elle a retrouvé son lustre de jadis. Un lustre d’actualité qui semble aujourd’hui auréolé d’une paisible intemporalité. Bar cosy chic à l’offre très éclectique, belle piscine d’eau de mer chauffée, terrasses à balustres, jacuzzi surplombant la mer, espace bien être en plein air, viennent optimiser les prestations d’aujourd’hui. L’ensemble conjugue luxe et simplicité, critères que l’on retrouve omniprésents au cœur des vingt sept chambres et suites raffinées. Décorées individuellement, elles déclinent toutes un confort douillet aux teintes douces. Les soins du Spa aux huiles essentielles du maquis complètent la délicieuse notion de lâcher-prise d’autant que le service (idem pour l’ensemble de l’hôtel) se révèle partout sincèrement attentif. La restauration des Mouettes quand à elle bénéficie d’une cuisine d’auteur. Elle est élaborée par le chef résident Alexis Vergnory. Via la télé de France 3 et des réseaux sociaux ; pas moins 83 000 fans suivent « cuisine addict » (son compte intagram), c’est la nouvelle star de la cuisine corse. Dans une interprétation contemporaine, frondeuse et toute personnelle du meilleur des productions locales et méditerranéennes, ce breton d’origine disert et dynamiquement chaleureux ne se contente pas de séduire par écran interposé, il met en pratique ses idées et n’en finit plus d’expérimenter ses envies créatrices. Au « Terrazza », le restaurant gastronomique avec vue plongeante sur la Méditerranée à l’ombre protectrice d’un gigantesque pin parasol, Il cisèle des préparations à base de produits bios et fermiers dont la photogénie ne dénature en rien les délices gustatifs. Sans omettre de promouvoir d’alléchantes propositions carnassières de qualité, Il mêle avec maestria saveurs végétales et marines. Ainsi du cochon nustrale la race emblématique de l’île destinée en priorité à la charcuterie, lui, le sert, en filet mignon rôti sur l’instant avec, hommage vibrant au terroir, son jus concentré déglacé à l’alcool de myrte et de moelleux gnocchis de pommes de terre aux herbes du maquis. Il y a bien sur la pêche du golfe dont par exemple, le fameux thon rouge de Saint Florent. Le chef le propose juste snacké sous une croûte de sésame accompagné d’une fine ratatouille. Autant de préparations vives, justes, goutteuses, simplissimes et toujours servies avec (il y tient) le jus ou les sauces à côté. Une simplicité qui n’est qu’apparente et que ce boulimique de travail n’obtient en réalité qu’au prix de longs et patients essais. Les desserts de cet as du dressage (salués de torrents de « like » sur le web) racontent chacun à leur façon une histoire : c’est en buvant une bière et en croquant du chocolat que le chef a eu l’idée de mettre au point une glace à la Pietra (la bière locale à la châtaigne) et de l’associer à du Guanaja à 70% de cacao. Amateurs conquis ! Tout comme de sa superbe Pavlova aérienne, onctueuse, délicatement rehaussée de poivre de Kampot, ou bien au hasard des propositions de sa variation sur la pistache avec son cœur de chocolat fondant .Dans ce lieu gourmand, la carte des vins est à l’unisson sélectionnée par le propriétaire lui même grand connaisseur. Aujourd’hui Pascal le sommelier gère cette carte savante qui comporte également un bel échantillonnage de quelques uns des grands crus locaux. Il nous a ainsi excellemment conseillé le blanc d’Alain Albertini au Clos Alzeto, le plus haut vignoble de Corse. Issu de biancu gentile et vermentinu rond en bouche, un bel exemple du renouveau qualitatif des vins de l’île. Si le soir l’esthétisme et l’esprit inventif du chef prévalent, à midi, la brasserie méditerranéenne « La Table du Marché » en propose sous le soleil une interprétation plus fraîche et plus légère mais tout aussi goutteuse du terroir et des saisons.

Marie-José Colombani

Hôtel les Mouettes
9, cours Lucien-Bonaparte, Ajaccio (Corse-du-Sud)
Tel : 04-95-50-40-40. hotellesmouettes.fr. Restaurant à la carte : 70 euros.