Stéphane Serre, vigneron at-Y-pique (Domaine de l’Amandyère, 11220 Montlaur) en exclusivité au restaurant étoilé « La Barbacane » (Hôtel de la Cité, Carcassonne)

5342

Sur la route des vins, certains chemins valent de l’or… Connaissez-vous Stéphane Serre, qui, à partir d’1,42 ha en Languedoc, vous propose le Vin de France le plus cher du monde ? Sa cuvée « L’Anoblie » 2011, un assemblage à parts égales de Carignan et Syrah, près de mille heures de travail et 188.723 baies de raisins comptabilisées après huit tris successifs pour 3000 bouteilles se vend 950 euros départ cave, ou 2000 euros sur la carte des vins du restaurant étoilé « La Barbacane » (Hôtel de la Cité, Carcassonne) où ses cuvées figurent en exclusivité. « Mon rêve de ces grandes cuvées en Languedoc, commencé il y a dix ans, est maintenant une réalité économique », affirme Stéphane Serre, sportif au tempérament d’acier : « Formé au métier de guide de haute montagne, j’ai une humilité face à la nature ». Des procédés de vinification unique, dont la cryo-extraction, sont à la base des dix cuvées du Domaine de l’Amandyère, à partir de 245 euros la bouteille, surnommé « Le Château d’Yquem du Languedoc » par Baptiste Ross-Bonneau, Chef Sommelier de « La Barbacane » (en photo). La gamme vient d’être complétée par deux cuvées plus accessibles, signées L’Amandyère à partir d’achat de raisins familiaux proches : « L’ABC » (35 euros) et « L’Apostrophe » (40 euros).

Des profils de vins surprenants

Devant cette recherche passionnelle aboutie jusqu’à l’habillage (bouche fleur de liège cacheté à la cire, la lettre Y représentant le ceps de vigne, l’apostrophe son bourgeon et la lettre L qui enlace le tout…), nous avons été séduits par son Gewurztraminer 2014, avec son bouquet d’épices (raz-el-anouth) et un côté muscat au nez, une bouche sur la pomme verte avec un style vin jaune et cidre de glace jusqu’à la finale sur l’amande fraîche, qui appelle le foie gras (voir la photo du plat de Jérôme Ryon, Chef de « La Barbacane » lauréat en 2005 du Prix culinaire international Taittinger) ou une volaille de Bresse au vin jaune. Autre divine découverte : « L’Exceptionnel » à la robe violine, dont le nez ouvre un monde parfumé (chanvre, musc, cannelle, tabac blond…) avant une mise en bouche de velours qui accompagne à merveille une belle pièce de veau (voir photo du plat de Jérôme Ryon). Stéphane Serre, vigneron auto-proclamé « bijoutier du vin », a bâti sa réputation sur la qualité et un récit bien construit, suivi des faits. Ses procédés culturaux et de vinification, proches de l’art moléculaire, ont valu au Domaine de l’Amandyère le surnom d’« El Bulli des Corbières ».

Détails sur www.domainedelamandyere.com et sur Facebook « Terres de L’Amandyère »

Découvrez le restaurant étoilé « La Barbacane » sur www.hoteldelacite.fr

LE + : Retrouvez d’autres rencontres de vignerons hors du commun et pleins d’enthousiasme dans le prochain V&G magazine (automne 2016) : Anselme Selosse (Domaine Jacques Selosse) et Jean Lallement (Champagne Juillet-Lallement). Pour s’abonner, c’est ici : www.vinsetgastronomie.com/boutique