La propriété

Le Château d’Eyran appartient depuis 1796 à la famille de Seze qui le possède encore aujourd’hui. Les dernières vignes avaient été arrachées dans les années 30. Depuis 1984, Brigitte et moi avons entrepris la replantation du vignoble et la restauration du cuvier dans une aile du château. Inscrit dans une démarche réfléchie de qualité environnementale, la propriété de 25 hectares en appellation Pessac-Léognan prend un nouvel élan en 2015, grâce à l’arrivée de notre fils Charles, et de sa femme Fernanda.

Le vignoble s’étendant, et sans possibilité de pousser les murs, l’idée surgit à Pâques 2014 : il fallait construire plus grand, plus fonctionnel en intégrant une offre oeno-touristique et surtout, sans perdre l’âme du lieu. Conseillé par un ami viticulteur connaisseur, nous nous sommes dirigés très humblement vers Sylvain Dubuisson, qui accepta de nous accompagner avec son équipe sur ce projet. Ce fut une rencontre extraordinaire : il s’en suivit 2 ans d’échanges passionnés et passionnants, d’allers et retours, d’idées, de plans,… et la sortie de terre au printemps 2016 du nouveau bâtiment.

L’architecte

Sylvain Dubuisson, architecte et designer, est né à Bordeaux. De culture littéraire et passionné de techniques, il a obtenu le Grand Prix National de la Création Industrielle. Fasciné par les matières et les savoir-faire, il se définit comme un artisan de l’espace, à la recherche d’une géométrie exacte du tracé et des justes proportions des formes.

Il est l’auteur d’une grande diversité d’objets, de meubles et d’espaces : des mobiliers de bureau du Ministre de la Culture Jack Lang à l’orfèvrerie liturgique pour Jean-Paul II, de lampes singulières à un service de table pour Guy Degrenne, d’une structure gonflable pour la scénographie sur les économies participatives pour BNP à la création de lampadaires urbains pour la ville de Paris, des mobiliers pour le réaménagement de la Pyramide du Louvre aux façades de la tour Cartier à Tokyo, et de la construction des chais du Château Haut-Selve au chai du Château d’Eyran…

Ses créations livrent avec légèreté une vision du monde qui préserve l’élégance, l’intimité et le partage. «La main pense et porte en elle toute la grandeur et l’imperfection de la sensibilité.»

www.sylvaindubuisson.com 

Le nouveau chai

Ce bâtiment puissant, centré sur le chai à barrique, semble sortir de terre. Les lignes du toit s’entrecroisent, les grands auvents allègent les volumes, les avant-toits prononcés dispensent une ombre protectrice, les ouvertures verticales donnent le rythme !

Si les lignes sont résolument modernes, il s’inscrit dans l’architecture du Sud-Ouest. Les matériaux utilisés sont naturels et locaux : murs en biobriques de Gironde/Drop (dont l’épaisseur permet une excellente isolation, une inertie thermique remarquable et la régulation de l’humidité), tuiles traditionnelles en terre cuite, crépis à la chaux, pigments naturels pour les peintures intérieures.

Subtil équilibre de fonctionnalité et d’esthétisme ! Finesse et moelleux, c’est ce que notait le Féret dans son édition de 1898 à propos des vins du Château d’Eyran. Le pari est réussi : rouges et blancs trouvent dans ce nouveau chai un écrin d’exception !

http://www.savigneux.com/fr/chateaudeyran