Pour terminer cette année 2020 sur des notes gustatives davantage festives, V&G met à l’honneur dans une nouvelle série d’articles un produit pour égayer un quotidien qui en a bien besoin. Aujourd’hui, place au CHAMPAGNE BIO avec trois cuvées sélectionnées des champagnes H.Blin, Médot et Lanson.

Dans l’air du temps, le vin biologique pointe sérieusement son nez en Champagne, terroir d’ordinaire peu propice à cette pratique culturale qui demande d’isoler des parcelles bien précises dont les jus des raisins finiront avec traçabilité dans une bouteille frappée du label AB (agriculture biologique). Très recherché car peu développé, le champagne bio fait l’objet de toutes les attentions de la part des producteurs. Le défi est le suivant : comment proposer un produit de haute qualité sans dénaturer le reste de la gamme ? L’équation est toujours difficile à résoudre… Certains s’en emparent mieux que d’autres. Tour d’horizon avec notre sélection de trois cuvées de champagnes biologiques.

Champagne H.Blin : pour la fraîcheur du Chardonnay

Avec sa cuvée « L’Esprit Nature » qui préfigure pour 2021 une micro-gamme de trois cuvées certifiées AB, l’Union de vignerons de Vincelles propose ici un Blanc de Blancs Extra-Brut au prix abordable de 33 euros. Avec ce 100% Chardonnay à l’étiquette épurée, on joue ici la carte de la fraîcheur, de l’élégance, de la jeunesse avec un dosage mesuré (4g/l) et 20% de vins élevés sous bois. Résultat : un champagne à la robe claire, tonique en bouche, avec un nez aux arômes de pêche, agrumes, fleurs blanches, un voile de pain toasté, suivi en bouche de touches d’agrumes (citron, zeste), de pêche blanche et d’amande fraiche. Une cuvée équilibrée que nous avons souhaité associer à une entrée savoureuse et généreuse du Chef Guy Martin (Restaurant Pasco, Paris) : Langoustines juste saisies, mangue et girolles au vinaigre, trait d’huile de coriandre.

Champagne Médot : pour la renaissance d’une marque ancienne

Avec cette nouveauté dévoilée à l’automne 2020, la famille Lombard -propriétaire de la marque Médot qui affiche fièrement son antériorité datée en 1899- met sur le marché un champagne vraiment accessible (en vente notamment chez Monoprix à 28 euros) sans rien céder sur la démarche qualitative. « Sans intrants chimiques et labour du sol » sont les gages d’une viticulture biologique revendiquée jusqu’à arborer un graphisme inspiré de feuilles de vigne sur une étiquette sobre et dépouillée. Avec ce champagne bio Extra-Brut (dosé à 4g/l), non-collé et élevé en cuves inox, la famille Lombard mise tout sur le jus sans artifice. Son assemblage équilibré (40% Pinot Meunier, 30% Pinot Noir, 30% Chardonnay) de provenances variées (Aube et Vallée de la Marne) le place davantage dans la lignée d’un Brut sans année classique, aux antipodes de la philosophie parcellaire développé aujourd’hui par Thomas Lombard sous sa marque éponyme.

Champagne Lanson : pour la continuité du « Black Label »

Produit à partir des 16ha du Domaine de la Malmaison (sur les communes de Verneuil et Vandières) sous la supervision de Guillaume Duval (en photo) qui fait partie de l’équipe du Chef de Caves Hervé Dantan, ce champagne a le mérite d’être le seul à posséder une triple certification : AB (France et Europe), Bio-Organic Suisse et biodynamie (Demeter). Sous sa robe ambrée et ses arômes de fruits mûrs (pêche), on perçoit ici le choix d’inscrire le « Green Label » dans la continuité de la cuvée-étalon « Black Label » de Lanson, pour ne pas dérouter les amateurs de la marque, ce qui a contrario empêche le « Green Label » de se différencier pleinement comme un autre vin. Cette mise en abîme se vérifie surtout au niveau d’un dosage Brut que nous estimons trop élevé (6g/l affiché, mais légèrement plus au ressenti) pour ce que recherchent les consommateurs avides de fines bulles biologiques claires et penchant vers l’Extra-Brut voire le Brut Nature. Le poids du tarif (55 euros), qui inclut pleinement tous les frais afférents à la pratique culturale, ainsi que les coûts marketing d’une Maison de Champagne qui a beaucoup investi dans ses infrastructures ces dernières années, peut constituer un frein supplémentaire à nos yeux.