Le G20 de la gastronomie, club fermé des « chefs de chefs »

855

« Donnez-moi de bons cuisiniers, et je vous signerais de bons traités » avait prononcé Talleyrand, homme d’État du temps de Napoléon. Deux siècles plus tard, c’est toujours autour de leurs créations que se résolvent généralement les grands maux du monde et pourtant, ils restent souvent dans l’ombre.

Du 16 au 23 juillet au Canada, 21 membres du groupe très fermé des « chefs des chefs » ont eux aussi droit à leur G20. À l’occasion, ils se réunissent afin de déguster, visiter et mettre leurs talents de cuisiniers hors-pair à l’épreuve pour des oeuvres caritatives. Accueillis par Katie Brown, cheffe des cuisines de Justin Trudeau, ces grands chefs auront notamment pour objectif de faire rayonner la gastronomie de leurs pays. Pour la France, Guillaume Gomez, chef des cuisines de l’Elysée, acteur majeur de ce collectif et Président de l’Association des Cuisiniers de la République Française, sera évidemment sur place.

Loin des médias, près des grands

À 38 ans, Guillaume Gomez est le pilier des cuisines de l’Elysée. En 20 ans de loyaux services, le chef a travaillé pour quatre Présidents de la République et ne compte pas s’arrêter là. Meilleur ouvrier de France à 26 ans, il est le plus jeune cuisinier à être décoré du col bleu-blanc-rouge, et même si son nom ne résonne pas autant que celui de Philippe Etchebest ou Cyril Lignac, il n’en est pas moins influent. En 2015, il est désigné par le site Atabula comme « Trentenaire le plus influent du monde gastronomique ». Il est notamment à l’origine de tous les plats servis aux chefs d’états étrangers reçus à l’Elysée, et malgré son influence, ne quitte que rarement les fourneaux. Loin du « food-business », il est au contraire de ces amoureux de gastronomie française qui cherchent à faire découvrir cet art à travers le monde.