Essaouira : la ville au vent

4346

Anciennement appelée Amogdul (la bien gardée) en Berbère, Mogdura en portugais ou encore Mogadur en espagnol et pour finir Mogador en français, Essaouira (la bien dessinée) est une ville portuaire du Maroc sur la côte Atlantique qui compte environ 70000 habitants. Sa médina est inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Si Essaouira l’ancienne Mogador des Portugais reste l’une des cités les plus attachantes de la cité atlantique marocaine, elle le doit certainement à son climat tempéré toute l’année, la gentillesse de ses habitants, et  son patrimoine architectural. Seul le vent qui souffle toute l’année sur la ville est un léger inconvénient.

Mais derrière ses remparts ocres et rouges, il règne une atmosphère unique. Vous y croiserez badauds, pêcheurs, commerçants et artisans, auxquels viennent se mêler des artistes du monde entier. Le tourisme est de plus en plus important à Essaouira, avec des jolis hôtels installés dans des riads marocains traditionnels dans la vieille ville. Il y a aussi des hôtels modernes le long de la plage.

Essaouira est également renommée pour le windsurf et le kitesurf, grâce aux vents puissants qui soufflent presque constamment dans la baie. Le travail minutieux des marqueteurs est particulièrement réputé à Essaouira depuis l’Antiquité. Ils utilisent donc ce bois très présent aux alentours de la ville mais aussi très rare, le thuya. Racines et loupe, plus noueuses que le tronc, veinées de flammiches qui leur confèrent un charme particulier, sont employées pour les plus belles pièces.

Les motifs, le plus souvent réalisés en citronnier, très pâle, et en ébène de Macassar, à la profonde couleur noire, avec des ajouts de nacre, des fils d’argent ou même d’aluminium, se détachent élègamment sur le fond brun-rosé du thuya, délicatement parfumé. Polissage et vernis assurent la finition de l’ouvrage. Des petites boîtes à bijoux aux énormes statues, l’éventail des objets réalisés en thuya est presque infini. Les plus belles réalisations présentent parfois de curieux motifs naturels qui correspondent au grain du bois des racines de thuya.

Les Iles Purpuraires

Au large d’Essaouira les îles abritaient jadis une usine de pourpre que le roi Juda II avait fait construire et qui a été utilisée par les romains qui sont passés par-là également. Un pénitencier fut édifié sous le règne du Sultan Moulay Hassan. Aujourd’hui les îles abritent une réserve de faucons. Depuis le port d’Essaouira une demi-heure suffit pour traverser le bras de mer en canot à moteur (ne pas omettre de prendre une autorisation des autorités locales pour effectuer cette expédition).