Christian SINICROPI**

255

Christian Sinicropi, Chef doublement étoilé, est sans aucun doute l’un des chefs les plus atypiques qu’il m’a été donné de rencontrer, et j’en ai rencontré quelques centaines tout au long de ma carrière.

Le personnage étonne d’abord, surprend, et vous entraine petit à petit dans une conversation où philosophie art et gastronomie se mêlent dans un fatras, à premier abord presque incompréhensible. Quand on connaît mieux le personnage on commence à mieux le comprendre, à suivre ses idées, et partager ses émotions, quelquefois. En tout cas, c’est un homme surprenant et prenant à la fois. Sorti du tas, après plusieurs passages avec des grands chefs comme Christian Willer, Jean Marie Gauthier, Francis Chauveau, Antoine Westerman, et Alain Ducasse, il a gardé sa personnalité intacte et c’est avec passion qu’il accède avec l’aide de Willer au poste de Chef exécutif du Martinez lorsque celui-ci décide de se retirer.

Il ne fait pas l’unanimité, plusieurs le critiquent, le mésestiment mais lui imperturbable, continue de poursuivre un rêve, tranquillement, sans hâte aucune mais toujours avec le même objectif.
Il recherche« une dimension de partage, d’échange palliatif, superposé avec une démarche initiatique aux lettres de noblesse anti uniformité faisant progresser son intégrité dans un relief en deux temps ».

Son principe est de présenter un produit en trois temps. Vous pourrez par exemple déguster l’agneau « Allaiton » en triplé : « le premier mouvement sera le contact avec le produit en profondeur mots clés : brebis, lait, thym, capelletti, fumé ». Le second mouvement, évolution du produit avec le temps et le changement. Ce plat est une réinvention de la cuisine canaille. Enfin, le troisième mouvement est destiné à souligner l’image du terroir : végétal, sauvage, fumé, et se fond à la chair de l’agneau.
C’est surprenant et en même temps exquis. Cette présentation en trois parties peut se faire avec d’autres produits tels que le pigeon fermier, la langoustine, le légume etc…C’est une manière originale de présenter les produits.

A part cela, pour les puristes, vous pourrez trouver dans la très belle carte de la « Palme d’Or » tous les produits de qualité que vous pouvez souhaiter et bénéficier de la vue imprenable sur la Grande Bleue toute proche de vous si bleue et si magnifique !
Située au premier étage de l’Hôtel Martinez, « La Palme d’Or » qui porte un nom célèbre dans le monde, est un établissement superbe qu’il vous faut connaître.
La décoration d’intérieur s’est surpassée au travers des couleurs grise, rose, beige et des touches d’or, agrémentées d’une lumière tamisée.

En même temps, c’est le Festival du Film que l’on revit, Cannes, avec ses stars, ses lumières, ses vedettes et sa clientèle internationale.

Un décor sublime, dans l’une des plus belles villes du monde, une vue incomparable, un chef talentueux n’est-ce pas là le début du bonheur !

Yves SACUTO