Carol Duval Leroy : la signature d’une passion

256

Carol Duval Leroy se positionne  désormais en Champagne, comme l’une des actrices incontournables. Elle est née en Belgique à Uccle, une commune huppée de Bruxelles où elle va poursuivre ses études de Sciences Economiques. Elle épouse ensuite Jean-Charles Duval Leroy qui lui donne trois enfants. Malheureusement, en 1991, son mari décède et la voici à la tête d’une entreprise importante de Champagne dont elle doit assurer la destinée afin de pouvoir la transmettre à ses enfants, sixième génération de Duval Leroy depuis la création de la société en 1859. Elle affronte l’adversité avec beaucoup de courage et de volonté. Le chemin est difficile, il faut non seulement maintenir mais encore développer, moderniser la maison pour la maintenir dans la compétition et l’amener petit à petit à devenir l’une des grandes maisons de Champagne. Elle est heureusement bien entourée par une garde rapprochée qui lui est fidèle, entièrement dévouée et qui travaille dur pour l’aider dans cette tache qui paraît insurmontable.

Pendant une ou deux années, Carol va s’imprégner de tous les rouages indispensables à la réussite de cette entreprise et petit à petit elle va affirmer son autorité et prendre sans discussion, la tête de cette métamorphose. Dynamique chef d’entreprise, femme d’affaires énergique, elle sait se faire adopter par un milieu professionnel dominé par les hommes. Concernant ses préférences, après avoir longtemps préféré le Bordeaux, elle se tourne aujourd’hui vers les vins des Côtes du Rhône Septentrionales, tout particulièrement les Cornas et les Condrieu. Elle privilégie également la nourriture simple, de bonne qualité dans laquelle elle retrouve les goûts originaux. Eric Fréchon demeure l’un de ses chefs préférés.

Pour accroître la notoriété de sa marque et de l’internationaliser, elle concentre ses efforts sur les marchés de l’export. Ainsi, elle crée trois filiales en Europe Grande-Bretagne, Belgique et Allemagne et participe activement au développement des marchés plus éloignés en Asie et aux Amériques. Ses pairs la nomment « Commandeur de l’Ordre des Coteaux de Champagne » et elle est présidente de l’Association Viticole Champenoise de 2007 à 2010. C’est la première fois qu’une femme préside cette institution éminemment masculine. En janvier 2008, elle reçoit les insignes de « Chevalier de la Légion d’Honneur » et en avril  2013 ceux de « Commandeur de l’Ordre de Léopold II », plus haute distinction belge. Indubitablement devenue Femme de Champagne, elle adopte très vite une culture raisonnée, optimise son matériel et adopte des traitements parcellaires, s’occupe activement de la gestion des déchets et installe une nouvelle cuverie ultra-moderne qui est un modèle du genre, qui lui permettent d’économiser sur certains postes des diminutions de l’ordre de 30% et des baisses totales de consommation d’eau de 25% depuis 5 ans.

En 2009, elle crée la première cuverie associant centrale solaire photovoltaïque, système de récupération des eaux de pluie et isolation phonique et thermique par mur végétal. Ses bouteilles de champagne sont composées à 70% de verre recyclé. Elle propose désormais un bouchon en liège issu des forêts FSC (développement durable et social des forêts). Mais plus encore de tous ces détails techniques, elle anime magnifiquement la direction, les relations publiques, la communication, en un mot tout ce qui fait avancer et rayonner la marque Duval Leroy. Autoritaire, droite dans ses bottes, volontaire pour atteindre ses objectifs, elle sait cependant entretenir autour d’elle une harmonie et probablement une admiration des personnes qui l’entourent. Elle est certainement dans la lignée directe des Grandes Veuves de Champagne, telles que le furent la Veuve Clicquot ou Louise Pommery. Aujourd’hui secondée par ses fils et entourée de son personnel dévoué, elle avance à grands pas. Duval Leroy est aujourd’hui une marque reconnue et appréciée pour sa qualité et sa diversité. Bravo Carol pour cette belle réussite qui fait rayonner dans le monde entier notre pays.

Yves Sacuto