PAR Marie-Josée COLOMBANI

A l’image du BHV inscrit dans le patrimoine parisien, Midica fondé en 1973 par le précurseur Marcel Garrigou s’inscrit dans celui de Toulouse. Ce magasin emblématique du centre ville- qui à l’origine ne vendait que des articles en caoutchouc- a su au fil des décennies évoluer au point de devenir le préféré des Toulousains. Synonyme d’art de vivre, l’enseigne qui concerne le quotidien de la maison déploie ses 5000m2 échelonnés sur cinq niveaux. De la simple vis à l’éclairage hyper-sophistiqué, elle décline plus de 30000 références. Dirigée depuis 3 générations par le même groupe familial, l’institution a su également garder son identité régionale, son indépendance et son esprit d’adaptation d’entreprise innovante. Aujourd’hui encore, Olivier, petit-fils du fondateur qui succède à Roland son bâtisseur de père perpétue la tradition : « qui n’avance pas recule ». Après deux ans de travaux et un investissement de 5 millions d’euros, le nouveau patron vient d’inaugurer avec panache un Midica rénové de fond en comble en adéquation avec le nouvel air du temps faisant la part belle au nec plus ultra des nouveautés Le quatrième étage abrite ainsi une boutique souvenirs de la ville rose, une épicerie fine très achalandées, un tout nouveau rayon bagagerie et une section complète et très séduisante d’accessoires pour chiens et chats. En parallèle, à coup de livraison en véhicules électriques, au shopping mains-libres avec consigne et à la multiplication d’aide in situ à la clientèle, la politique volontairement éco responsable anticipe les temps futurs.

Si Midica entend simplifier la ville et la vie des toulousains, elle les invite désormais à sa table. « Gigigland », son espace restauration de 300 m2 situé en haut du 4ème étage vient d’ouvrir ses portes. A l’abri sous les toits, baigné de lumière avec sa grande verrière et ses nombreuses fenêtres dominant la place Esquirol, ce restaurant convie donc au cœur de l’agitation citadine à une véritable pause zen. Une restauration « autrement » dont le concept particulier a été longuement réfléchi par le dynamique maître des lieux et ses amies d’enfance trois jolies jeunes femmes gourmandes et inventives respectivement diététicienne, restauratrice et illustratrice. Unanimement, sans dogme ni dictature aucune, celles ci prônent une vision alternative de la nutrition à visée certes diététique mais néanmoins, impérativement centrée sur le plaisir et le bon sens (pas de melon en hiver ni de cerises en été). Locavores enthousiastes, elles privilégient bien sûr le bio avec une préférence pour les graines, les légumes et le fait maison en général une vision qu’elles ont explicité avec humour dans : « l’Anti-Mythe alimentaire », un livre abondamment illustré de Gigis pimpantes et alertes à leur image. Du petit déjeuner au goûter tardif en passant par le déjeuner et le tea-time, Gigiland répertorie une carte originale très green, au plus près du naturel et servie non stop à tout heure de la journée. Selon ses envies on compose soie même son repas (grand ou petit bol) en choisissant le long de la spectaculaire table de mixage parmi les dizaines d’ingrédients et d’assaisonnements issus essentiellement du marché et de la saison. Mis à disposition, les jolis sabliers de verre avec leur poudre irradiée de vert et d’argent invitent à prendre son temps et surtout à le goûter. Une expérience « food&cool » complétée par une carte gourmande qui recense petits déjeuners complets, brunchs (mais oui quotidiens !), sandwichs divers dont le « dwich » un pain spécial de la boulangerie voisine débordant de crudités variées garni avec poulet, viande ou saumon). Les deux plats principaux changent chaque jour et les gâteaux reflètent la tout naturellement la tendance actuelle celle du pas très sucré (mention spéciale pour le moelleux au chocolat). Côté boissons, un large éventail de bières (dont une majorité de locales), un seul vin (très bon rapport qualité prix environ 15 euros la bouteille et 4 au verre) dans les trois couleurs : blanc, rouge et rosé, des thés et du café de chez Bacquiè le célèbre torréfacteur toulousain, évidemment, pléthore de jus frais et de smoothie sans oublier l’omniprésente et très rafraîchissante GiGinade au citron ; le tout prestement concoctés au moment par un service jeune et alerte…Côté environnement, tout a été pensé pour réduire l’impact avec un système complet de consigne, recyclage et compost. Haro sur le plastique et le gaspillage (en emmenant sa propre tasse, le café est facturé 50 centimes de moins). L’ambiance s’avère décontractée, un brin bobo. Aux heures de pointe, si le coude à coude attise la convivialité, chaque convive ; en solo, en famille, entre ami(e)s, est cependant assuré ici de trouver sa place. Quant au fait de débarrasser son plateau soi même ou la pratique des prix doux, ils rappellent aux plus anciens leurs souvenirs d’étudiants.

Restaurant Gigiland

13, place Esquirol

31000 Toulouse

4ème étage

Ouvert du lundi au samedi de 9h30 à 19h30

A découvrir sur www.gigiland.fr